Des hommes et des dieux
1 7 2
2

Des hommes et des dieux

Fr. 2010. Drame historique de Xavier Beauvois avec Lambert Wilson, Michael Lonsdale, Olivier Rabourdin. L'histoire des sept moines français de Tibhirine, tués par le Groupe Islamiste Armé d'Algérie en 1996. Très puissante méditation sur la fraternité des hommes et le sens de l'engagement. Mise en scène contemplative, épurée et patiente. Distribution impeccable. (sortie en salle: 25 février 2011)

13 ans + 13 ans +

Genre : Drame historique
Durée : 122 min.
Réalisation : Xavier Beauvois
Scénario :
Photographie : Caroline Champetier
Montage : Marie-Julie Maille
Pays : France
Distributeur : Métropole Films Distribution
Interprètes : Lambert Wilson
Michael Lonsdale
Olivier Rabourdin
Philippe Laudenbach
Jacques Herlin
Loïc Pichon
Xavier Maly
Jean-Marie Frin
Sabrina Ouazani
Olivier Perrier
Récompenses

Algérie, 1996. Malgré les attentats meurtriers perpétrés dans la région par le Groupe Islamiste Armé, et les mises en garde des autorités qui les exhortent à partir, les moines cisterciens du monastère de Tibhirine décident, par solidarité avec les habitants, de rester.

L’avis de Mediafilm

Xavier Beauvois (LE PETIT LIEUTENANT) a transformé avec l'intelligence du coeur un événement sordide en une méditation d'une grande puissance sur la fraternité des hommes et le sens de l'engagement. Sa mise en scène épurée, contemplative, fait battre le film à un rythme patient et soutenu, tandis que la musique et l'interprétation lui procurent son souffle.

Revue de presse

Foi d'honnêtes hommes

Magnifiquement éclairé - à la lumière naturelle, éclatante au dehors, chiche pour les intérieurs - par Caroline Champetier, DES HOMMES ET DES DIEUX rime sans cesse avec l'iconographie catholique. Clairs-obscurs qu'on croirait tirés de tableaux d'église, corps et visages qu'aurait pu peindre le Caravage (...). Ces références picturales sacralisent les tâches banales, élèvent les personnages. Les héros ont pourtant leurs faiblesses, qui les rendent encore plus vibrants.

Laissez passer l'homme libre...

Les plans parlent d'eux-mêmes, chaque détail enrichissant le récit sans qu'il soit besoin de commentaire. (...) Cette (...) économie narrative permet de donner leur place à sept personnages principaux (...). S'en remettant à la majesté aride des paysages de l'Atlas (...), à la rythmique du rituel, Xavier Beauvois joue avec les travellings avec une maestria soufflante (...), conduisant son film vers un final extravagant.

La Rigueur et la grâce

Ce film au mouvement lent, prenant, est un choc. On y rencontre quelque chose de soi: la question de la foi et de la nécessité de cette interrogation que chacun, un jour, a dû affronter. Que faire? Quel sens donner à sa vie? On est pris par la manière dont (...) Beauvois (...) se fond dans le rythme de la vie des moines de ­Tibéhirine. Il a réuni des comédiens qui donnent le sentiment qu'ils ne jouent pas, mais qu'ils sont des religieux (...).

L'Esprit de Tibhirine emporte le festival

Une évocation magnifique de la vie des moines de Tibhirine, en Algérie, dans les trois années qui précédèrent l'enlèvement et la mort de sept d'entre eux, en 1996. Une oeuvre tragique et lumineuse, sobre et lente, baignée de tonalités douces et des couleurs pâles de l'hiver dans l'Atlas, superbement photographié par la chef opératrice Caroline Champetier.

Le Ciel au-dessus de Tibhirine

Est-ce le culot du calme, l’extrême discrétion de la caméra, la puissance des visages qui parlent directement au cœur (...) ou le pouvoir du chant? (...) Le film (...) transcende la pellicule, la fait vibrer avec une grâce rare, qui interpelle tous les hommes, croyants ou non. Au cinéma, on rit, on pleure, on tremble, on réfléchit, on s’émerveille. Pendant le film de Xavier Beauvois, on vit quelque chose, d’indéfinissable, d’humain, un moment rare.

Un Film habité

Ils sont huit autour de la table. Ils viennent de prendre une décision aux conséquences irrémédiables. (...) Les sourires gagnent les visages. (...) Mais un voile de gravité couvre la scène et les larmes prennent le dessus. Pour cette seule séquence, (...) le film de Xavier Beauvois monte au ciel des chef-d'oeuvres. Cela vaut pour tout le reste: soin du rythme (...), montée en puissance du drame qui couve, beauté panoramique des paysages, travail de la lumière...

La Cathédrale de Beauvois

(...) Beauvois et sa caméra ne cessent de se rapprocher d'eux, lévitant sereinement à leurs côtés. Les portraits (...) qu'ils nous offrent sont des études (...) de martyrs contemporains. Le film s'en retrouve, et nous avec, hissé, juché à la hauteur d'un certain mysticiasme. (...) Un bon casting (...) et que le merveilleux Michael Lonsdale domine en roi débonnaire, délivre la consistance humaine sans laquelle un tel projet ne décollerait pas.

Une Oeuvre forte et courageuse

Sans pathos ni parti pris, Xavier Beauvois montre avec un soin documentaire le quotidien des religieux, interprétés par une belle brochette d’acteurs que domine Michael Lonsdale (sa foi personnelle n’y est probablement pas étrangère). Le tact et la mesure n’empêchent pas des scènes bouleversantes, portées par de gros plans sur des visages expressifs, et on n’est pas près d’oublier l’avant-dernière (s)cène.

Un Grand Film

La mise en scène est très pure, le rythme est à l’avenant, les images (...) sont splendides et très évocatrices. Le tout est proposé avec une évidente simplicité, tout autant qu’un souci de très grande beauté. L’état de grâce ne survient pas souvent dans la vie d’un cinéaste. Parfois même, jamais. Xavier Beauvois aura eu le privilège d’en être atteint au moins une fois.

L'Art du dépouillement

Pour raconter cette histoire avec dignité, Xavier Beauvois a choisi le dépouillement extrême (...) Et ce choix confère à DES HOMMES ET DES DIEUX la force d'un hommage puissant.

La Foi en danger

Les yeux deviennent humides à la scène du dernier repas, métaphore de la dernière Cène, alors que les moines s'attablent pour manger, non pas dans le silence comme c'est l'habitude, mais en écoutant Le lac des cygnes de Tchaïkovsky. (...) À l'antithèse des trop nombreuses productions tonitruantes et vides de sens, DES HOMMES ET DES DIEUX est une invitation à l'élévation méditative et existentielle. Un film rare et précieux.

Message de tolérance et d'espoir

À travers ce film porté par une grâce qui en transcende l'exécution, (...) Beauvois (...) livre une œuvre de lumière qui mérite tous les prix (...). Ce cinéaste non croyant a pu toucher du doigt l'humanisme de son propos sans le trafiquer en militantisme (...) ou en prêchi-prêcha (...). La lenteur des scènes, servies par de magnifiques plans-séquences, laisse chaque scène se propulser au bout d'elle-même.

Des hommes de bonne volonté

Par la justesse des dialogues économes se devinent les tourments qu'a dû vivre chaque frère devant l'adversité. Dévoilant l'horreur ambiante et maintenant le film sous tension, Xavier Beauvois gratifie cependant le spectateur d'instants de pure beauté. Resteront gravés à jamais dans notre mémoire le moment où les frères écoutent avec ravissement Le lac des cygnes et ce solennel dernier plan où la blancheur hivernale offre un apaisant linceul à ces hommes de bonne volonté.

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Favorite, La La Favorite
Mediafilm

Irl. 2018. Drame historique de Yorgos Lanthimos avec Olivia Colman, Rachel Weisz, Emma Stone. Classement: 13 ans +.


Au XVIIIe siècle en Grande-Bretagne, une jeune noble déchue dispute à sa cousine son statut de favorite auprès de la vulnérable et influençable reine Anne. Leur rivalité est exacerbée par les jeux de coulisses opposant le premier ministre et le chef de l'opposition.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!